Jean Charles Marchiani : Une figure incontournable dans l’histoire de la Vie république

Né le 6 août 1943 à Paris, Jean-Charles Marchiani, est un préfet et un politicien français. Il est également ancien officier de la DGSE. Jean-Charles Marchiani est un expert de la lutte contre le terrorisme, particulièrement centré sur le fondamentalisme islamique. Marchiani a notamment été le négociateur en chef pour la libération des otages français au Liban et en Bosnie.

Une expérience professionnelle dans le secteur privé

Jean Charles Marchiani a rejoint plusieurs postes dans le secteur privé pendant les années 1970 à 1986. Il s’est engagé comme responsable des relations syndicales chez Peugeot en 1970, puis directeur des affaires juridiques au sein du groupe Air France en 1972, par la suite directeur général de la filiale et secrétaire général du groupe Méridien.

Intelligence et contre-terrorisme

Jean-Charles Marchiani n’avait que 19 ans quand il a été recruté par la DGSE, tout en poursuivant ses études de droit à Aix-en-Provence (sud-est de la France), pendant la guerre d’Algérie. De 1962 à 1970, il a servi comme officier de la DGSE. En 1970, il a commencé une carrière dans le secteur privé. De 1986 à 1988 et de 1993 à 1995, Marchiani a été nommé conseiller spécial du ministre de la Sécurité intérieure Charles Pasqua. Il était notamment en charge du renseignement et du contre-terrorisme lors des attentats terroristes du GIA algérien de 1995 à Paris.

La crise des négociations et des otages au Liban

Jean-Charles Marchiani est devenu un héros national en France en 1988, lorsqu’il a réussi à libérer trois civils français, retenus en otages depuis trois ans à Bairut par les milices du Hezbollah. Malgré les efforts des agences de renseignement, les diplomates Marcel Carton et Marcel Fonataine, ainsi que le journaliste Jean-Paul Kauffmann, les otages ont été détenus pendant plus de trois ans. Jean-Charles Marchiani a mené de doubles négociations avec des dignitaires du Hezbollah au Liban ainsi qu’avec des responsables iraniens et syriens. Il a donc pu libérer les trois ressortissants français le 5 mai 1988.

Libération des pilotes de la Force aérienne en Bosnie

Jean-Charles Marchiani a été sollicité en septembre 1995 par le président français Jacques Chirac pour entamer des négociations officieuses avec des nationalistes bosniaques pour la libération de deux pilotes français de l’armée de l’air dont le jet avait été abattu lors des bombardements de l’OTAN en ex- Yougoslavie . Jean Charles Marchiani a utilisé ses relations avec d’anciens officiers du KGB pour contacter le président serbe Radovan Karadžić et l’a menacé de faire partir les forces françaises de Sarajevo, où elles protégeaient la minorité serbe. Le 12 décembre 1995, les deux pilotes ont été libérés et renvoyés en France

Vie politique

Nomination en tant que préfet

Quelques semaines après la libération des pilotes français, Jean-Charles Marchiani est nommé en 1996 par Jacques Chirac, préfet de la région du Var (Sud-Est). Jean Charles Marchiani fut, avec Charles Pasqua et Philippe de Villiers, l’un des membres fondateurs du Rassemblement pour la France (Rassemblement pour la France), parti de droite créé en 1999. Le FPR obtint 13% des suffrages Élections européennes de 1999, et Jean-Charles Marchiani a été élu membre européen du parlement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *